J’ai lu le dernier roman de Timalo :: « Dyablès » Kreyol Guadeloupéen ::

Timalo , uauteur guadeloupéen qui renverse et bouleverse les limites que nous nous sommes imposés avec notre langue , le créole . ..

Vous commencez à avoir l’habitude, je vais vous raconter brièvement ma rencontre avec Timalo. De passage à Paris, avec mes acolytes, en plein concert de Meemee Nelzy chantonnant « Sé Isidan » , nous échangeons nos premiers mots et sourires. 

Timalo manie le kreyol avec délicatesse et subtilité. Son 1er roman Dyablès promet de nous embarquer dans un univers saisissant, déconcertant et fantastique. Cependant, lire en kreyol n’est pas une démarche si simple me concernant, ayant grandit dans une famille où le français semblait être l’évidence, ma mère avait pour habitude de nous lancer de « vieux regards foudroyants » à chaque « écart » de langue. Avec un peu de recul j’ai compris que les raisons de ces petits rappels à l’ordre étaient sans doute multiples et teintés de bienveillance.Les choses ont quand même bien évoluées depuis ça! Tout ce détour, pour expliquer simplement que je ne suis pas si à l’aise que ça avec cette langue, qui est pourtant mienne.Que je ne sais pas lire le kréyol et que je n’ai jamais appris à le faire. En revanche je m’y suis toujours intéressée. 

Il y a quelques mois de cela, mon amie afrozapeuse toulousaine MaryNö a organisée un café littéraire dont l’invité privilégié était Timalo. Et j’ai eu l’opportunité de lire un extrait du roman, face à un public attentif et curieux. La froussarde que je suis à réussie à lire à haute voix (*après avoir inhalé de l’huile essentielle de lavande😉),quelques extraits en créole, accompagnée d’un tamboyé et me voilà embarquée dans l’aventure Dyablès!

La mise en bouche . ….

Dyablès Istwà-la, an dé mo, kat pawol

« Kimoun ki té ké kwè on jou, nonm té ké touvé yo pè fanm an péyi Gwadloup ? »

On lè, fanm touvé-yo las pran kou anba men a nonm. On lè, yo désidé répliké é mèt-yo ka varé nonm, ka foré nonm, ka kyouyé nonm… A kou dan !
Ès sé chans ? Ès sé paskè fanmi a Jak té ja ka vwè pi lwen ? Kèlanswa, yo woté Jak lékòl pou mété édikasyon a-y an men a Klòd, on nonm bitako ka rété Bwamalè Bouyant, toutmoun ka kriyé Klòd-LèFou.
Men Jak ni tèt a-y é Klòd pa moun a pasyans.
Eskè tigason-la ké ni tan aprann tousa i ni a aprann avan i two ta ? Ayen pa senten, é lèson dèyè poko mannyé..

Timalo place les femmes guadeloupéennes au coeur de l’intrigue. Il s’empare d’une thématique sensible : la violence conjugale en Guadeloupe. Loin d’emprunter un ton réducteur ou de banaliser la problématique, il  met en lumière une multitude d’autres thèmes associés:   l’amour d’une mère pour son fils, le soucis de la transmission, le respect des aînés, l’impact des traditions etc…avec humour, sensibilité et subtilité. Le lecteur est bien souvent pris de court, les scènes s’enchaînent, la situation se dégrade pour certains personnages, les rôles s’inversent, les choses s’accélèrent, en rythme et en cadence, on s’attache aux personnages (Jak, Gabriyèl, Jésika…) sans pour autant pourvoir deviner l’issue. On aimerait presque prendre part à l’histoire! Oups! J’en ai déjà trop dit …

12665887_10153991641629729_510776597_n

J’ai lu à mon rythme, tantôt à voix haute, tantôt à voix basse. J’ai lu entre quelques changements de positions dans mon canapé. J’ai découvert l’intrigue en fronçant souvent les sourcils.

J’ai enchaîné les chapitres avec délectation…mais pas de panique je n’ai pas l’intention de vous raconter l’histoire, en revanche  je veux  bien vous donner un conseil : lisez  Dyables! Vous ne serez pas déçu !

 

Les points forts du roman Dyablès :

  • Une écriture limpide, imagée, jalonnée d’expressions antillaises connues et familières
  • Des personnages attachants et remarquablement bien décris
  • Une intrigue qui tient la route!
  • Un texte en créole!

Comme annoncé précédemment, Timalo écrit en créole . … Pourquoi? Voici un aperçu de son intervention au TEDx Pointe à Pitre.

 

Qui est TiMalo ?

TiMalo est né a Bouillante, en Guadeloupe. Son parcours professionnel ne le destine pas à une carrière d’écrivain. Cependant, déjà en 1994, TiMalo monte et anime un atelier d’écriture au sein de son école d’ingénieur.Mais c’est lors de slam sessions organisées par SlamBlag en 2006 que TiMalo comprend la place particulière que tient le créole dans son art, et en particulier la résonance de la langue auprès de son public. Il est l’auteur de deux recueils de poèmes « Pawòl a lòm vo lòm » (2007), et « 12 textes dans l’avion » (2009) et d’un concept-album « Dé Moun » (2012) complété par « Rèbèlòt » la première nouvelle que TiMalo publie en créole. Son premier album « Pawòl Funk-Kè » (2008) est récompensé par le prix Auteur de la Sacem Guadeloupe en 2010. « Dyablès » est son premier roman.

http://www.timalo.com

http://www.dyables.net

Bonne lecture 🙂 ! Tyitelle

Publicités

3 réflexions sur “J’ai lu le dernier roman de Timalo :: « Dyablès » Kreyol Guadeloupéen ::

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s