La perle du Congo :: Baloji ::

Baloji

11218929_10153641289749641_2382134764214461102_n

Une amie guadeloupéenne (et oui cette précision est plus qu’anecdotique) m’envoie un lien you tube, un clip « Unité & Litre » me disant  » regarde ça devrait te plaire! « . C’est ainsi que j’ai découvert l’univers de : Baloji.

C’est un rappeur unique dans le genre, savant mélange; Funk, Electro, Soul, Rumba congolaise, un  brin vintage et un flow percutant. Je vous propose un rapide aperçu de son parcours, les différents articles presses qui lui sont consacrés m’ont été bien utile alors je partage 🙂 !

Baloji dont le nom signifie sorcier en swahili, est né en République démocratique du Congo en 1978. À 4 ans, il arrive en Belgique avec son père et grandit à Liège. Jeune adolescent, il découvre le hip-hop, se passionne pour le tag, le rap et la danse. À 15 ans, il intègre le collectif Starflam, figure de proue du hiphop en Belgique, avec lequel il décroche un disque de platine pour l’album « Survivant » (2001).


562039_10150709200344641_840986166_nBaloji quitte le groupe en 2004 et tourne le dos à la musique. C’est une lettre de sa mère, qu’il n’a plus vue depuis 1981, ainsi qu’un concours de poésie gagné à Paris qui le poussent à revenir dans le milieu. Son premier album-solo, « Hôtel Impala » (2008), est ainsi une réponse à la lettre de sa mère et une quête d’identité teintée d’influences de soul, d’afro beat et de hiphop. Certifié Disque d’Or, l’album remporte deux Octaves de la musique, ainsi que le Prix Rapsat-Lelièvre et le Prix Brassens des paroliers.
« Kinshasa Succursale » (2011) s’impose bouillonnant à l’image de la capitale congolaise, un son vintage et très sixties qui ouvre les fenêtres sur le hip hop, le reggae, le funk , le tout en plusieurs langues (swahili, lingala, français..).

En 2015, son périple se poursuit avec 64 Bits and Malachite, son nouveau projet. Ce nouvel EP disponible depuis le 30 Octobre, révèle un Baloji nouveau, un nouveau négropolitain comme il se définit. Capture, le premier extrait dévoilé début septembre prend des accents électro. Toutefois, Baloji reste fidèle à ses fondamentaux en invitant les artistes Petite Noir et Muanza et surtout avec un texte toujours réfléchi et qui dénonce le système congolais actuel. Dans la vidéo réalisé par lui-même, l’artiste belgo-congolais évoque un Kinshasa post apocalyptique avec l’aide du collectif d’artiste Kongo Astronauts ou à travers les œuvres de Sammy Baloji, son cousin dont les oeuvres sont actuellement exposées à la Fondation Cartier dans le cadre de Beauté Congo/Congo Kitoko.

Son univers est chantant, dansant et infiniment attachant 🙂 !

Son dernier EP « 64 BITS and MALACHITE » disponible en ligne: https://maisonbarclay.lnk.to/64BM

Son dernier clip, « Unité & Litre » fait référence au poids des lobbies influent et important en RDC.  Impossible d’occulter la prouesse de Jolie Ngemi  danseuse et chorégraphe(*la subtilité de la danse contemporaine et la grâce des danses populaires congolaises).

 (Source : www.street-rules.com)

Pour finir, ma sélection, mes coups de coeurs de ces différents albums 🙂 !

Talentueux, jongleur de mots, lyrics engagés, conscients, voyage musical,des sonorités innovantes sur fond de rumba congolaise  … . 

Que dire de plus? Écoutez son dernier EP une pépite : « 64 Bits & Malachite » 👉www.baloji.com 

 Ami(e)s parisiens Baloji sera également en concert le Mardi 8 Décembre à la Fondation Cartier. ▶ Infos : bit.ly/1Pri5CL

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s